sportsetjouets Amusez vous sportivement

LE JEU DE L’ENFANT POUR SON EPANOUISSEMENT

 LE JEU DE L ENFANT POUR SON EPANOUISSEMENT LE JEU DE L ENFANT POUR UNE DISTRACTION DYNAMIQUE

Importance du jeu

LE JEU DE L ENFANT POUR SON EPANOUISSEMENT

Le jeu est fondamental pour le bien-être et le développement de tout enfant. Quand les enfants jouent, ils développent leurs habiletés sur plusieurs plans. Ils réfléchissent, résolvent des problèmes, s’expriment, bougent, coopèrent, font appel à leurs impressions et exercent leur conscience morale.

LE JEU DE L ENFANT POUR SON EPANOUISSEMENT

Apprendre grâce au jeu

Au cours des premières années de leur vie, les enfants explorent ou jouent en faisant les mêmes choses encore et encore.

Les bébés, par exemple, vont saisir des blocs,  les manipuler et les porter à leur bouche. Les tout-petits vont construire des tours avec leurs blocs simplement pour les faire tomber.

Cet entraînement répété leur permet d'apprendre et de développer leur confiance en eux. Les enfants apprennent ce que sont les objets et ce qu'ils peuvent en faire. Ils commencent à comprendre leur univers.

Pour les tout-petits, le jeu est une façon naturelle d'apprendre. Il se rapproche de la manière dont nous apprenons dans la vie de tous les jours. Au lieu d'intégrer un concept à la fois, comme on le fait en classe, les enfants doivent apprendre et utiliser plusieurs idées et objets en même temps.

Jouer, c'est aussi joindre l'utile à l'agréable. Le jeu rend les enfants heureux ce qui facilite leur apprentissage et le rend même plus efficace.

Quels sont les vrais dangers des écrans pour vos enfants ?

Source d’information :  FRANCE INFO  Santé  08 Nov 2014   France Info

L’Agence nationale de sécurité sanitaire a alerté, sur la dangerosité des images 3D pour les moins de 13 ans. Mais les écrans plus classiques de télé ou d’ordinateur doivent aussi être regardés avec modération.

Ils dérèglent les réflexes oculaires, ce qui abîme leurs yeux

Certains imputent aussi aux écrans la progression de la myopie dans les sociétés modernes. “On constate une plus grande fréquence de la myopie dès l’enfance et l’adolescence”, affirme dans les pages du MONDE Béatrice Cochener, présidente de l’Académie française de l’ophtalmologie. Mais le lien n’a jamais été démontré. “La théorie que le temps passé exagérément sur les écrans d’ordinateurs et consoles vidéos favoriserait le développement de la myopie ne trouve aucun support scientifique”, faute d’études épidémiologiques, tempère le professeur Thanh Hoang-Xuan, chef du service d’ophtalmologie à l’Hôpital américain de Paris. Les chercheurs qui travaillent sur la myopie orientent plutôt leurs recherches sur un autre coupable : le temps croissant passé à l’intérieur des maisons et des appartements par les enfants, indique SLATE.

Ils altèrent leur concentration, ce qui se fait ressentir à l’école

Plus les enfants passent du temps devant des écrans, plus leurs résultats scolaires sont mauvais. C’est ce que montre une étude publiée dans le numéro d’octobre 2014 de la revue American Journal of Family Therapyqui analyse les habitudes de 46 000 familles américaines avec enfants (de la maternelle à la terminale). A partir d’une demi-heure de temps d’écran par jour, ils ont constaté une baisse régulière des résultats scolaires. La baisse est beaucoup plus prononcée après deux heures et, au-delà de quatre heures, la moyenne générale de l’enfant chute d’une classe.

Pour expliquer ces chiffres, les chercheurs invoquent les difficultés à trouver le sommeil que développent les enfants qui passent beaucoup de temps devant la télévision ou sur l’ordinateurSelon l’étude citée par le Huffington Post (article en anglais), les enfants qui passent quatre heures par jour devant un écran mettent en moyenne vingt minutes de plus à s’endormir.

Autre élément de réponse : les problèmes de concentration qui progressent avec l’exposition aux écrans.“Les dessins animés et les jeux vidéos habituent les enfants à une forte dose d’excitation, qu’ils ne retrouvent pas dans la vraie vie, explique le Dr Larrar. Parce que les autres activités deviennent moins captivantes, il devient plus difficile de se concentrer dessus.”

Ils poussent à la paresse intellectuelle mais, dans certains cas, aident au développement cognitif

Accros à l’excitation que provoquent les écrans, les enfants se désintéressent des jouets plus classiques. Le développement psychomoteur des jeunes enfants passe pourtant essentiellement par le jeu, selon Michaël Larrar. “Ils commencent par des jeux fonctionnels comme des cubes, puis s’amusent en imitant les adultes. Ils jouent à la maîtresse d’école, aux pompiers, ce qui leur permet de découvrir la réalité.” Viennent ensuite les jeux symboliques où les enfants mettent en scène leurs angoisses et développent leur imagination.

A l’inverse, les écrans non-interactifs, comme la télévision, les plongent dans la passivité. L’image s’impose à l’enfant qui se retrouve dans un processus linéaire. Il ne développe pas son imagination ou sa capacité à raisonner pour tenter de trouver une solution à un problème. “Il n’expie pas non plus ses angoisses, comme il peut le faire sur ses Playmobil ou d’autres jouets, ce qui est extrêmement important”, explique le Dr Larrar. Mais tout n’est pas, pour autant, noir comme un téléviseur éteint.

Pour aider les parents à y voir plus clair, le Dr Serge Tisseron a établi une règle assez simple : “le 3, 6, 9, 12“. Jusqu’à 3 ans, pas de télévision. Avant 6 ans, pas de console de jeux. A partir de 9 ans, l’enfant peut aller sur internet, mais avec ses parents. Enfin, à 12 ans, laisser l’adolescent découvrir le monde virtuel.

LE JEU DE L’ENFANT  POUR SON EPANOUISSEMENT

Les jeux psychomoteurs, le sport pour le développement de l’enfant

Pour donner goût au sport ou permettre une prise de conscience des capacités physiques, les jeux psychomoteurs sont très intéressants pour les enfants. Ils sont de plus en plus utilisés et participent activement au développement de l’enfant. Voici ce qu’il faut savoir sur ces exercices ludiques.

Quelle est l’utilité des jeux psychomoteurs ?

Dans un premier temps, c’est essentiel pour accompagner l’enfant dans la découverte de ses capacités physiques. Il va pouvoir découvrir ce qu’il est capable de faire et mieux appréhender son quotidien. Les jeux psychomoteurs stimulent l’équilibre, la coordination et les repères dans l’espace.

D’un point de vue sportif, c’est une introduction ludique qui ouvre la voie à la pratique d’un sport. « Les jeux psychomoteurs facilitent l’apprentissage et motivent les enfants. Lors d’un entraînement sportif, ils travaillent sans s’en rendre compte » explique Romain Gretz, étudiant en STAPS et entraîneur de judo.

Quelques exemples de jeux psychomoteurs

Les exercices sont très nombreux. Rien que marcher à cloche-pied permet à un enfant de s’approprier son corps et d’apprendre à gérer son équilibre et sa coordination. En étant sur les mains et sur les pieds, l’échange des appuis permet de travailler les repères kinesthésiques.

Plus globalement, il peut être question de parcours avec l’adoption de différentes postures pour améliorer ses déplacements. Des petits exercices de courses avec des cerceaux, des plots ou des autres obstacles permet à l’enfant de dompter ses capacités de mouvement et de vitesse.

Des exercices par équipes ou en binôme permettent à cet apprentissage d’aller encore plus loin dans les mouvements, dans la réflexion et dans l’interaction avec les autres.

Cela explique l’importance de cette manière d’apprendre dans les clubs de sport, les crèches et les écoles maternelles. Pour ces dernières, le ministère de l’Education nationale glisse notamment un onglet « Jouer et apprendre » dans les ressources mises à disposition des professionnels de l’éducation.

( Ceci est un condensé de différentes études parues dans différentes Presse reconnues comme sérieuses et sui sont citées sur cette page )

CONTACT

APPELEZ MOI